Photos reportage de l'Inde, Reiko Michel Méry

Les ordures

 

Les tropiques ne sont jamais très propres, en Inde ou ailleurs. Ca grouille trop de vie. Ce devait être comme cela dans l'Europe et la France du Moyen-âge ... Mais c'est à souhaiter que ces pays tropicaux pas très propres de ce siècle ne deviennent pas trop "clean", comme nous, à leur tour, car alors cela voudra dire que la biosphère aura été complètement domptée et domestiques, abusée et achevée. Mais non au fait ... le grand briquage général planétaire n'arrivera jamais. Pas avec bientôt 9 milliards de crève-la-faim et la-soif. Ce seront plutôt nos latitudes 'propres' et aseptisées qui feront le chemin à l’envers, vers le retour au fumier ... dans 20 ... 30 ans peut-être ?

Bénarès-2006
Bénarès-2006
press to zoom
Bombay-2006
Bombay-2006
press to zoom
Bombay-2012
Bombay-2012
press to zoom
Pondichery-2012
Pondichery-2012
press to zoom
Bombay-2012
Bombay-2012
press to zoom
Hyderabad-2013
Hyderabad-2013
press to zoom
Bombay-2012
Bombay-2012
press to zoom
Chennai-2012.jpg
Chennai-2012.jpg
press to zoom
Calangute-2012
Calangute-2012
press to zoom
Calangute-2012
Calangute-2012
press to zoom
Kovalam-2012
Kovalam-2012
press to zoom
Kovalam-2012-et-3
Kovalam-2012-et-3
press to zoom
Kovalam-2012
Kovalam-2012
press to zoom
Kovalam-2012
Kovalam-2012
press to zoom
Kovalam-2012
Kovalam-2012
press to zoom
Kovalam-2012
Kovalam-2012
press to zoom
Kovalam-2012
Kovalam-2012
press to zoom
Pondichery-2012
Pondichery-2012
press to zoom
1/1

Le gouvernement de Delhi, dirigé par Sheila Dikshit, a pris la décision le lundi 4 avril 2011 d'interdire la fabrication de sachets plastiques dans toute la capitale. Cette décision s'inscrit dans le cadre de la section 5 de la loi sur la protection de l'environnement (Environnent (Protection) Act) de 1986, imposant aux contrevenants une amende de 100 000 roupies ou d'une peine d'emprisonnement pouvant s'étendre à 5 ans.

Ce n'est pas la première fois que les sachets plastique sont interdits à Delhi. Une décision a été prise en 2009, mais n'avait globalement pas été respectée: plus de 250 commerces ont dû payer des amendes l'année dernière. Cette fois-ci, l'interdiction ne se résume pas uniquement à l'usage des sachets, mais aussi à leur fabrication, ce qui n'avait pas été prévu il y a deux ans.